Histoire

PLUS DE 40 ANS D'HISTOIRE

Les Rencontres Musicales d’Évian renaissent il y a quatre ans sous la direction artistique du Quatuor Modigliani. Depuis, le festival a construit sa signature artistique autour de la musique de chambre et de la rencontre. « La musique de chambre sous toutes ses formes » : telle est l’idée lancée par le Quatuor Modigliani. Sur scène, les plus grands musiciens se croisent et offrent au public des rencontres inédites, explorant ensemble toutes les formations, du récital à l’orchestre de chambre.

 

Chaque concert, unique en son genre, met en scène une rencontre artistique ; des rencontres qui se poursuivent entre les différents publics, entre public et artistes, grâce aux manifestations qui se déroulent tout au long de la journée.

 

À chaque instant, le festival trouve son identité dans la simple perspective enthousiasmante de rencontres humaines et musicales. 

 

Sous l’impulsion d’Antoine Riboud, alors Président Directeur Général de BSN (futur Groupe Danone), le chef d’orchestre Serge Zehnacker crée en 1976 un festival de musique à Évian

 

Danone est le premier employeur de la ville : la création du festival est l’une des premières illustrations du double projet économique et social d’Antoine Riboud. Il réussit à faire de l’événement une référence de la scène classique internationale : Évian devient au fil des ans le rendez-vous des plus grandes phalanges et des plus grands musiciens.

 

Les premières éditions du festival se tiennent sous la coupole du Casino ou au Théâtre du Casino, situé au coeur de la ville, face au lac Léman. Concession de la Société des Eaux depuis 1892, le théâtre était à l’époque l’un des lieux de divertissements les plus animés de la ville. C’est encore aujourd’hui un lieu de spectacle vivant pendant la saison et un espace incontournable du festival où se déroulent les concerts en journée. Ces concerts mettent en scène aussi bien de jeunes talents tout juste découverts à l’orée de leur carrière que des artistes déjà confirmés qui aiment retrouver le plaisir des programmes courts et la proximité des salles intimistes.

 

Une dizaine d’années après sa création, le festival est placé par Antoine Riboud sous la direction du célèbre violoncelliste Mstislav Rostropovich. Une sincère amitié lie les deux hommes et les conduit à construire ensemble la renommée du festival : le tout-Paris s’y presse au mois de mai pour admirer les plus grands. Rostropovich lui-même y joue et y dirige, et se place déjà sous le signe de la rencontre musicale, en dotant le festival, jusque-là intitulé « Jeunes Musiciens sans frontières », de son nom définitif. Au début des années 1990, Antoine Riboud décide de quitter le Casino : il souhaite offrir à « Slava » la datcha dont il rêve…

 

C’est à l’architecte Patrick Bouchain et à l’acousticien Yaying Xu que revient le défi de construire une salle de 1200 places, à l’acoustique irréprochable. Patrick Bouchain imagine une salle faite uniquement de bois, dont seule une immense carapace d’aluminium, en pétales d’alucobond, vient au plafond assurer une acoustique parfaite. La salle sonne comme l’intérieur d’un violoncelle ; en fond de scène, les bouleaux rappellent la patrie du violoncelliste.

 

La Grange au Lac est un lieu exceptionnel, qui mêle la finesse des lustres en verre de Murano à la frugalité des gradins de bois et de son aspect brut. Elle n’a l’air de rien de l’extérieur : le spectateur y accède à pied ou par le funiculaire, et aperçoit au milieu des mélèzes cette immense grange en cèdre rouge et pin du Jura. Elle se découvrirait presque par hasard dans les bois.

 

En 2000, Mstislav Rostropovich quitte la présidence du festival. Les Rencontres Musicales d’Évian prennent fin et laissent la place pour quelque temps aux Escales Musicales. Les Rencontres Musicales d’Évian renaissent en 2014 sous la direction artistique du Quatuor Modigliani, rendant à nouveau hommage, en écho aux décennies d’existence du Concours de quatuor à cordes d’Évian, à la formation reine de la musique de chambre.

 

Le Quatuor Modigliani affirme sa signature : en recentrant le festival sur la musique de chambre, il favorise l'esprit de rencontre entre solistes confirmés et jeunes talents. A travers sa direction artistique, le Quatuor mêle l'héritage prestigieux du festival à l'audace d'une jeunesse sans frontières, et trouve le passionnant prolongement d'une carrière commencée il y a quatorze ans. 

 

 

Cette année, l'édition 2017 sera centrée sur la musique romantique allemande autour de  Brahms, Schumann ou Mendelssohn. Une thématique chère au quatuor depuis ses débuts. Ils ont toujours été sensibles aux compositeurs romantiques, comme Mendelssohn ou Brahms, et plus particulièrement à la musique de chambre de Schumann qu'ils enregistrent prochainement. A paraître chez Mirare à la rentrée.