Les salles

LA GRANGE AU LAC

Au début des années 1990, Antoine Riboud décide d'offrir à Mstislav Rostropovich la datcha dont il rêve. Le musicien a vu à Gstaad la tente du festival Yehudi Menuhin, il veut mieux pour son festival : les Rencontres Musicales d’Évian pourraient devenir le seul festival qui construit sa propre véritable salle de concert. Antoine Riboud voit la forêt de mélèzes qui sépare les deux hôtels de l’Évian Resort, et sous laquelle coule la source de l’eau d’Évian, comme l’emplacement idéal pour abriter la salle du festival.


C’est à l’architecte Patrick Bouchain et à l’acousticien Yaying Xu que revient le défi de construire une salle de 1200 places, à l’acoustique irréprochable, dans un délai record (huit mois de travaux), des conditions difficiles (terrain en pente, forêt à ne pas abattre, faible surface constructible), et un budget restreint (dix millions de francs, soit bien moins de deux millions d’euros actuels). Patrick Bouchain imagine une salle faite uniquement de bois, dont seule une immense carapace d’aluminium, en pétales d’alucobond, vient au plafond assurer une acoustique parfaite. La salle sonne comme l’intérieur d’un violoncelle ; en fond de scène, les bouleaux rappellent la patrie du violoncelliste.

                                                               

Inaugurée le 21 mai 1993 par Jacques Toubon, alors ministre de la Culture, la Grange au Lac est un lieu exceptionnel, qui mêle le luxe des lustres en verre de Murano et de la musique la plus pure à la frugalité des gradins de bois et de son aspect brut. Elle n’a l’air de rien de l’extérieur : le spectateur y accède à pied ou par le funiculaire, et aperçoit au milieu des mélèzes cette immense grange en cèdre rouge et pin du Jura. Elle se découvrirait presque par hasard dans les bois.

La Grange au Lac en chiffres

1200 places

120 bouleaux

6 lustres

14 520 m3 (22 x 47 x 15 m)

260 m² de scène

1,7 secondes de réverbération

LE THÉÂTRE DU CASINO

Les premières éditions du festival se tiennent au Théâtre du Casino, situé au cœur de la ville d’Evian, face au lac Léman. Concession de la Société des Eaux depuis 1892, le théâtre était à l’époque l’un des lieux de divertissements les plus animés de la ville. C’est toujours un lieu de spectacle vivant pendant la saison régulière.

 

Plus tard rebaptisé Théâtre Antoine-Riboud, c’est encore aujourd’hui un espace incontournable du festival où se déroulent les concerts du matin et de l’après-midi. Ces concerts mettent en scène de jeunes talents tout juste découverts à l’orée de leur carrière, comme des artistes déjà confirmés qui aiment retrouver le plaisir des programmes courts et la proximité des salles intimistes. 

Une petite bonbonnière à l’italienne

D’une capacité de 300 places, le Théâtre Antoine-Riboud fut réalisé par un élève de Charles Garnier, fameux maître d’œuvre de l’Opéra de Paris, entre 1883 et 1885. Derrière la façade néo-classique, la petite salle à l’italienne a conservé intact le beau décor polychrome et doré exécuté par Négri à la fin du XIXe siècle.